La guerre de 1870 dans l'Yonne

Les troupes allemandes envahirent l'Alsace et la Lorraine en août 1870. Cette guerre pris fin officiellement le 16 septembre 1871 après la la signature du traité de Francfort le 10 mai 1871. Le territoire français, amputé de l'Alsace te de la Lorraine retrouve alors sa complète autonomie.


Les principales villes de l'Yonne qui furent occupées pendant cette période sont :

  • Joigny, le 11 novembre 1870
  • Sens, le 12 novembre 1870
  • Tonnerre, le 15 novembre
  • Chablis, le 16 novembre 1870
  • Auxerre, le 21 novembre 1870
  • Avallon, le 16 janvier 1871

Pendant cette occupation, deux type des cachets allemands "Feld-Post-Relais" ont été utilisés :

  • le type 53 rond à deux cercles : n°16 à Nuits-sous-Ravières
  • le type 54 rectangulaire :
    • le n° 72 à Sens et à Joigny
    • le n° 81 à Joigny

 

  Quelques exemples d'oblitérations et courriers de cette période

 

LETTRE EXPEDIEE DEPUIS L'YONNE DURANT LA GUERRE

Lettre du 1er octobre 1870 d'un Garde Mobile stationné dans l'Yonne face aux troupes prussiennes, expédiée depuis Auxerre (cachet à date type 17) pour Aurillac, avec marque de port payé P.P. (franchise). La Garde Nationale Mobile fut créée en 1868 et représentait, en 1870, l'essentiel des forces armées françaises face aux allemands.

Guerre de 1970

 

LETTRE A DESTINATION DE L'YONNE DURANT LA GUERRE

Lettre du 24 décembre 1870 d'un Garde Mobile de l'Yonne, expédiée depuis Lyon-Vaise pour Avallon, avec marque de port payé P.P. (franchise). Une grande partie du département de l'Yonne est occupée.

 

LETTRE A DESTINATION DE L'YONNE OCCUPEE

Lettre du 18 février 1871 de Paris pour Auxerre occupée Taxe allemande bleue "20" au tampon

 

OCCUPATION DE L'YONNE CACHETS "FELDPOST"

Cachet à date bleu rectangulaire K:PR:FELD-POST-/RELAIS N°81 (Joigny)
sur timbres allemands n°6 + taxe bleue tampon "2" (petit modèle) - 28 février 1871 

 

LETTRE A DESTINATION DE L'YONNE DEPUIS LES TERRITOIRES OCCUPES

Lettre de Saverne avec timbre d'occupation (Alsace / Lorraine) pour Auxerre
Taxée "2" au tampon - 26 avril 1871


 

LETTRE A DESTINATION DE L'YONNE PENDANT LE SIEGE DE PARIS

(Photos non disponible) 

 

DETAILS DE L'AVANCÉE PRUSSIENNE DANS L'YONNE EN 1870

 

Durant la guerre franco-allemande de 1870-1871, le département fut envahi par les troupes ennemies de la Ière et la IIème armée, sous les ordres du général en chef Edwin Von Manteuffel et du prince Frédéric-Charles, neveu du roi de Prusse Guillaume Ier.

Auxerre, Sens, Tonnerre, Joigny, Saint-Florentin, Chablis et un grand nombre d'autres villes ont été occupées. Le 11 novembre, malgré une tentative de résistance à Brienon-sur-Armançon, la ville de Joigny tombait aux mains des prussiens qui l'occupèrent jusqu'à la signature de la paix. Durant le mois de novembre 1870, l'ennemi parvint à entrer à Sens (12 novembre), Villeneuve-l'Archevêque et Tonnerre (entre le 12 et le 16 novembre). Le 16 novembre, un détachement allemand arrivait à Chablis et quelques jours plus tard, après que l'artillerie prussienne ait bombardé Auxerre, le général Zastrow, commandant du VIIe corps, entrait dans la ville (le 21 novembre, Ville qui devait ensuite être abandonnée et réoccupée, plusieurs fois dans le courant de la guerre). La petite ville de Saint-Bris-le-Vineux subit le même sort.

Le 27 décembre, Courson-les-Carrières était livrée au pillage. Le 16 janvier, Avallon était bombardée et le 25 janvier une bataille eut lieu à Laroche, entre Joigny et Tonnerre à l'issue de laquelle les volontaires de l'Yonne réussirent à prendre la gare par surprise et détruire le pont du chemin de fer. L'armistice signée en fin janvier 1871 permis à Auxerre d'être préservée des bombardements et destructions.

Pendant la période d'occupation, le département de l'Yonne devait faire partie du gouvernement général du nord de la France, dont le siège était à Versailles et dont le chef était le général Fabrice. Son chef-lieu retombait entre les mains allemandes et devait subir la présence des troupes commandées par le général Von Fabeck. Il ne fut délivré que le 14 mars.

 

LES BALLONS MONTÉS

 

Cette terminologie désigne le courrier qui a quitté Paris par ballon pendant le siège de 1870. Ainsi, du 23 septembre 1870 au 28 janvier 1871, 65 ballons ont quitté la capitale. La distance parcourue et donc le lieu d'atterrissage étaient aléatoires. Les ballons atterrirent sur le sol français, derrière les lignes ennemies ou à l'étranger. Certains se sont écrasés ou ont donc été capturés par l'ennemi.

Un seul ballon a atterrit dans le département de l'Yonne : "Le Gambetta", sur la commune de Ouanne. Sur les plis connus, la date de départ et la date d'arrivée permettent de d'identifier le ballon.

Le ballon monté "Le Gambetta" (ballon monté n°56) s'envola de la gare du Nord le mardi 10 janvier 1871 (114ème jour du siège) à 4 h 15 du matin. Il emportait 240 Kg de courrier et trois pigeons. Le voyage s'effectua sans incident malgré la pluie qui ne cessa de tomber averse. L'aéronaute Charles Duvivier atterrit dans l'Yonne, sur les bords d'une rivière, le mardi 10 janvier à 14 h 30 à Ouanne, à 22 km d'Auxerre (durée du vol : 10h30). Le lendemain soir, les deux passagers arrivaient à Bordeaux, ils apportaient les premières nouvelles du bombardement de Paris.



Cachets de départ : du 4 au 9 janvier 1871
Cachets d'arrivée : du 10 au 20 janvier 1871

Oblitérations :

  • Plis confiés aux aéronautes : cachet de passage ambulant "A.P." (Auxerre à Paris)
  • Plis normaux : les lettres transportées étaient déposées dans les boites à lettres ou aux bureaux de Poste de Paris. Il s'agit de plis normaux ; le cachet de passage apposé est celui de Paris à Avignon.